À l'aube de la concertation sur le projet ville/port...

La liberté d'expression mise à mal à La Grande Motte

 

 

Ce dimanche 9 septembre, nous diffusons un bulletin d'information sur la voie publique, à l'entrée du marché, concernant la position de la Vigie citoyenne opposée à ce projet Ville/port.

 

Deux agents de la police municipale interviennent vers 10 heures 30, et nous demandent de stopper immédiatement cette diffusion (sur cette photo, interpellation de Daniel Jourde, président de la Vigie citoyenne).

 

C'est en s'appuyant sur un arrêté très ancien, datant de René Couveinhes, que cette décision a été prise.

 

                                                                       

Il ne fait aucun doute que la police municipale était envoyée sur ordre du maire

 

Nous avons fait remarquer aux policiers que la loi*, au nom de la liberté d'expression, avait considérablement évolué et permettait de diffuser sur la voie publique, sauf en cas de trouble à l'ordre public... ce qui n'était à l'évidence pas le cas.

 

Contraints par la police municipale de stopper notre diffusion, les adhérents de la Vigie citoyenne présents ont décidé d'arrêter la distribution de leur bulletin d'information.

 

Notre association avait également essuyé un refus de la municipalité pour participer, ce même jour du 9 septembre, au Boulevard des associations.

 

La Vigie citoyenne est une association de loi 1901, créée en 2016, et dont le seul objet est de défendre l'identité urbaine, architecturale et environnementale de la ville de LA GRANDE MOTTE.

 

Un très mauvais signe du maire, Stéphan Rossignol, à l'aube de la concertation sur le projet ville/port.

 

Notre traduction : "je veux bien vous écouter, mais à condition que vous soyez de mon avis...".

 

* La loi de simplification du droit du 9 décembre 2004 a eu pour conséquence que la diffusion sur la voie publique est désormais libre, sauf bien entendu si les tracts contiennent des informations sanctionnées par le code pénal (incitation à commettre des crimes ou des délits telle que l’incitation à la haine raciale)

 

Affaire à suivre...

 

 

Document diffusé le 9 septembre sur la voie publique : Aucune outrance, que des arguments...

 



Ajouté le 14/09/2018 par Daniel Jourde - 2 réactions

Les réactions

Avatar Annie Boyer

Je partage complétement ce qu'à écrit fredéric;
Mr le Maire nous avons le droit de nous exprimer et de ne pas étre de votre avis.

Le 15-09-2018 à 12:41:55

Avatar Bleuse frederic

Dans notre système démocratique on se doit d'être à l'écoute de ses administrés.. Monsieur le maire semble ici refuser par ses agissements la concertation, le dialogue, le partage, la compréhension....oui nous avons le droit de penser différemment! comme dans toutes les familles il y a des disputes et seul le dialogue permet l'apaisement .. Monsieur le maire veut-il nous imposer un mode de fonctionnement fondé sur l'exclusion d'une partie de la population??
Il est vrai que les intérêts financiers d une telle opération sont considérables... 

Grand Mottoisement vôtre. 

Le 15-09-2018 à 11:31:54

Réagir


CAPTCHA